©2019 by La Nation française du Canada. Proudly created with Wix.com

Le Ministre de la sécurité publique et de la protection civile vs. Ng Mali (pseudonyme)

Certains fonctionnaires et certains travailleurs du secteur privé qui servent le Gouvernement du Canada témoignent régulièrement des malentendus entres des collègues anglophones et francophones dans le secteur public. Par exemple, dans le dossier numéro MB5-04716 de la SAI (concernant le ministre de la sécurité publique et de la protection civile contre une étrangère qu’on accusa d’avoir travailler au Canada sans permis en 2015) :

1.      Les policiers qui arrêtèrent la femme en question écrivirent leurs rapports dans un anglais si mauvais que les rapports-même laissaient à douter si leurs auteurs comprenaient le sens correct des termes anglais « human trafficking », « lingerie » et « bottom » tel que ça s’appliquait aux vêtements de femmes.

2.      L’agente de l’ASFC révélait un anglais encore plus mauvais à tel point qu’on s’efforçait à comprendre le sens précis de son texte. Ses notes d’entrevues révélèrent qu’elle avait mal compris presque toutes les réponses de l’étrangère.

3.      La transcription de la première audience révéla que la conseille du ministre comprenait mal l’affidavit de l’accusée écrit dans un anglais standard, que le juge devait corriger la compréhension de la conseille du ministre à maintes reprises et que le juge et la conseille du ministre devaient parfois interpeller l’interprète à clarifier le sens de ses paroles prononcées en anglais.

Vous pouvez lire des sélections des documents ci-dessous avec tous noms et lieux supprimés.