©2019 by La Nation française du Canada. Proudly created with Wix.com

La NAFRAC reconnaît comment un adulte qui aurait subit une maltraitance sévère dans son enfance pourrait craindre les fréquentations. Par exemple, un tel homme, bien qu’il pourrait aimer les femmes et voudrait se trouver une épouse et élever des enfants, pourrait être très conscient du fait qu’il n’aurait jamais apprit comment défendre ses limites de manière saine et pourrait donc craindre la contrainte sexuelle d’une femme. Comme résultat, bien qu’il pourrait prendre une femme en amitié au sein d’un groupe organisé, il ne pourrait pas la rencontrer seule et surtout pas en privé avant qu’elle gagne sa confiance. S’il baisse sa garde pour la mauvaise femme, il pourrait se trouver dans une situation très vulnérable.


Dans certains cas, même là où on parle d’un homme fort qui aurait subit la maltraitance sévère dans son enfance face à une petite femme de laquelle il ne craint nullement pour sa sécurité physique, le supplier, lui faire la moue et l’harceler suffirait pour provoquer une attaque de panique assez sévère chez cet homme qu’il consentirait à la demande juste pour s’échapper de cette émotion nauséeuse avec le résultat qu’il perd encore plus de confiance dans sa capacité de défendre ses limites face à cette femme. Cette vulnérabilité pourrait permettre à cette femme de le contraindre vers une relation abusive et même un mariage dysfonctionnel. Ce traumatisme s’aggrave quand on parle d’une petite femme face à un homme fort duquel elle craint la violence physique en plus.


Une personne qui survit un tel traumatisme, trouvant la défense de ses limites trop stressante et ne sachant pas où trouver l’aide dont il a besoins, pourrait en abandonner l’essaie. Dans ce cas, il pourrait se tourner vers l’alcool ou d’autres stupéfiants, au jeu et même à la aux comportements sexuels compulsifs (voire même sans protection) comme façon d’engourdir les émotions ou de se tourner vers le plaisir physique comme façon de se distraire de son traumatisme. Un tel comportement pourrait le dissuader de fréquenter une femme car il ne voudrait pas lui mentir d’une part mais ne voudrait pas lui dire la vérité non plus. Comme résultat, il se distancerait tout simplement de n’importe quelle femme qui lui montre trop d’intérêt. Le même principe s’applique à une femme dans une situation semblable. Cette promiscuité compulsive peut répandre les grossesses non planifiées et les infections sexuellement transmissibles, ce qui peut réduire encore plus l’intérêt au mariage et aux familles stables dans la population, qui impose des coûts à la société, et qui peut contribuer à une chute des taux de naissance.