©2019 by La Nation française du Canada. Proudly created with Wix.com

Dans La traduction dans les organismes des Nations Unies, Rapport d’évaluation, 1980, on lit :

« Le coût de la traduction s'est beaucoup accru et absorbe une part importante des ressources des Nations Unies (plus de 70 millions de dollars américains de 1980 par an actuellement, selon les estimations) pour quelque 1 600 postes de fonctionnaires à temps complet. »

Ceci nous donne un coût d’environs 213 millions de dollars américains ou 283 millions de dollars canadiens de 2019.

Selon François Grin dans L’enseignement des langues étrangères comme politique publique, l’adoption de l’espéranto comme langue seconde de l’Union européenne « se traduirait par une économie nette, pour la France, de près de 5,4 milliards d’Euros par année et, à titre net pour l’Europe entière (Royaume-Uni et Irlande compris), d’environ 25 milliards d’Euros annuellement. »

La Nation française du Canada recommande que :



  1. le Conseil Économique et Social des Nations Unies (ECOSOC) mette à l'ordre du jour d'une prochaine séance le thème « Langue et Droits de la Personne » afin de discuter des problèmes de la politique linguistique mondiale et de la destruction de droits de la personne du fait des inégalités linguistiques ;

  2. cette séance examine la nomination d'une commission afin d'étudier la possibilité d'utiliser et de pratiquer une langue auxiliaire internationale ;

  3. l'ECOSOC fasse un rapport à l'Assemblée Générale des Nations Unies sur ces résultats ; et

  4. la Nation française du Canada s’engage à promouvoir la coalition pour une langue auxiliaire internationale (CLAI) au Canada.