©2019 by La Nation française du Canada. Proudly created with Wix.com

 

« Et il arriva après ces choses, que la femme de son maître jeta les yeux sur Joseph, et lui dit : Couche avec moi. Mais il le refusa, et dit à la femme de son maître : Voici, mon maître n'entre en aucune connaissance avec moi des choses qui sont dans sa maison, et il m'a remis entre les mains tout ce qui lui appartient. Il n'y a personne dans cette maison qui soit plus grand que moi, et il ne m'a rien défendu que toi, parce que tu es sa femme ; et comment ferais-je un si grand mal, et pécherais-je contre Dieu ? Et quoiqu'elle [en] parlât à Joseph chaque jour, toutefois il ne lui accorda pas de coucher auprès d'elle, ni d'être avec elle. Mais il arriva, un jour qu'il était venu à la maison pour faire ce qu'il avait à faire, et qu'il n'y avait aucun des domestiques dans la maison, Qu'elle le prit par sa robe, et lui dit : Couche avec moi. Mais il lui laissa sa robe entre les mains, s'enfuit, et sortit dehors. »

 

Selon Paul Gertler, Manisha Shah et Stefano M. Bertozzi, à la page 24 de Risky Business : Le marché des rapports sexuels commerciaux non protégés (2003) :

« Nous constatons que les travailleuses du sexe au Mexique réagissent de manière rationnelle aux incitations financières. Il existe de fortes preuves que les travailleuses du sexe sont disposées à assumer les risques associés à la fourniture de relations sexuelles non protégées à un prix de 23% plus élevé. Cette prime est passée à 46% si la travailleuse du sexe était considérée comme très attrayante, ce qui indique clairement son pouvoir de négociation. Cependant, les clients qui préféraient utiliser un préservatif payaient 8% de plus que ceux-ci et les travailleuses du sexe qui ne souhaitaient pas utiliser de préservatif devaient réduire le prix de 20% pour indemniser les clients qui prenaient le risque. »


Car la prostitution est légale au Mexique, on ne peut pas conclure qu’une femme prostituée offre une remise pour le sexe sans protection pour éviter qu’un procureur se sert d’un préservatif comme preuve dans un procès judiciaire contre elle. Car offrir une telle remise réduit son profit, on ne peut pas conclure que le trafique humain la motiverait non plus.

Les consommateurs féminins semblent rechercher des rapports sexuels non protégés elles aussi. Selon Christopher Shay, dans un article du Time Magazine intitulé Gigolos à la plage : la répression des « Kuta Cowboys » de Bali :

« Les hommes ne risquent pas seulement le chagrin d'amour en tant que « Kuta cowboy ». Même si les cowboys ne se considèrent pas comme des gigolos, ils devraient « être considérés comme faisant partie du commerce du sexe masculin », a déclaré [le producteur basé à Singapour Amit] Virmani [qui a produit le film Cowboys in Paradise], et comme tels, sont un groupe à haut risque pour le VIH. Les statistiques sur le taux de VIH chez les garçons de la plage de Bali n'existent pas, mais le VIH est une menace réelle : le taux de VIH à Bali est 84 fois celui de l'Australie, selon le film. Wayan, un « Kuta cowboy », a déclaré que bien qu’il utilise habituellement des préservatifs, « beaucoup de celles qui pratiquent le yoga » ne veulent pas utiliser de préservatifs car « elles croient en leur intuition que mon énergie est bonne ». Wayan ne s’inquiète pas trop de la propagation des maladies - même s’il n’a jamais été testé - car, a-t-il déclaré, « les européennes devraient être en meilleure santé ».


Selon la Fondation canadienne des femmes :

« Au Canada, la moitié des femmes ont été victimes d’au moins un acte de violence physique ou sexuelle depuis l’âge de 16 ans. »


En outre, la violence sexuelle contre des femmes peut contribuer à un cycle de violence intergénérationnel et intersexuel :


Selon une étude publiée en ligne dans la revue APA Psychology of Men and Masculinity®, 43% des garçons du secondaire et des jeunes étudiants homme au collège ont déclaré avoir eu une expérience sexuelle non désirée et 95% ont déclaré qu'une connaissance féminine était l'agresseur. »


Même une masseuse peut agresser un client masculin.

https://metro.co.uk/2017/11/02/man-assaulted-by-masseuse-who-tried-to-perform-sex-act-on-him-after-massage-7050150/


(Aussi imprudent qu'il soit pour un homme de contribuer par sa propre négligence à son agression en s'y rendant inutilement vulnérable, une telle négligence n'excuse toujours pas plus l'agression que toute autre forme de négligence n’excuserait un autre crime.)