©2019 by La Nation française du Canada. Proudly created with Wix.com

1. Nous avons admis que nous étions impuissants devant l’alcool - que nous avions perdu la maîtrise de nos vies.

« J’atteste en cet instant mon impuissance et ton pouvoir, ma pauvreté et ta richesse. »

Bahá'u'lláh, dans le Kitáb-i-‘Aqdas

« Ô mon Seigneur, dans cet état d’esprit, j’aime à te demander tout ce qui est tien, affirmant ainsi ma pauvreté, glorifiant ta bonté et ta richesse, avouant mon impuissance et démontrant ton pouvoir et ta force. »

Bahá'u'lláh, dans le Kitáb-i-‘Aqdas

« Glorifié sois-tu, ô Seigneur, mon Dieu ! Chaque fois que j’ose te mentionner, le poids de mes péchés et la gravité de mes offenses à ton encontre m’en empêchent, et je me sens entièrement privé de ta grâce, incapable de célébrer ta louange.

“La grande confiance que j’ai en ta bonté ravive toutefois l’espoir que je place en toi et, certain que tu me traiteras avec indulgence, j’ose te louer et te demander de m’accorder ce que tu possèdes. »

Bahá'u'lláh, dans une prière

« Cependant, tout impuissant que je sois à m’élever jusqu’au ciel de ta gloire et à m’élancer dans les royaumes de ta connaissance, je peux dire tes signes qui proclament le glorieux ouvrage de tes mains. »

Bahá'u'lláh, dans une prière

« Et si tu reconnais ton impuissance, maîtrise tes passions et retourne vers ton Seigneur ; peut-être te pardonnera-t-il tes péchés par lesquels les feuilles de l’Arbre divin se sont consumées, le Rocher s’est lamenté et les yeux des hommes intelligents ont pleuré. »

Bahá’u’lláh, Épître au fils du Loup, paragraphe 134

2. Nous en sommes venus à croire qu’une Puissance supérieure à nous-mêmes pouvait nous rendre la raison.

« Dans l’épître aux Romains, Saint Paul a écrit : Que tout homme soit soumis aux autorités qui exercent le pouvoir, car il n’y a d’autorité que par Dieu et celles qui existent sont établies par lui. Ainsi, celui qui s’oppose à l’autorité se rebelle contre l’ordre voulu par Dieu. »

Bahá’u’lláh, Épître au fils du Loup, paragraphe 144

« Sur ton ordre, l’humiliation se change en gloire, la faiblesse en force, l’impuissance en pouvoir, la crainte en sérénité et le doute en certitude. »

Bahá'u'lláh, dans une prière

« Les opposants ne l’ont point voilé et dix mille armées déployées contre lui n’ont pu l’empêcher de briller. Tu n’as plus d’excuse : tu dois soit le reconnaître, soit - Dieu t’en garde - te lever pour renier tous les prophètes ! »

Bahá’u’lláh, Épître au fils du Loup, paragraphe 172

3. Nous avons décidé de confier notre volonté et nos vies aux soins de Dieu tel que nous Le concevions.

« Ô étranger, mon ami !

La flamme de ton cœur est allumée par la main de mon pouvoir, ne l'éteins pas aux vents contraires de l'égoïsme et de la passion. Te souvenir de moi, c'est guérir de tous tes maux, ne l'oublie pas. Fais de mon amour ton trésor, chéris-le autant que tes propres yeux et que ta vie même. »

Bahá'u'lláh, Les paroles cachées, 2.32

« M’aimer est l’essence de la richesse ; quiconque m’aime possède tout, celui qui ne m’aime pas fait partie des pauvres et des nécessiteux. C’est ce que révèle le Doigt de gloire et de splendeur. »

Bahà’u’llàh, Paroles de Sagesse

« La langue de sagesse proclame : Celui qui ne me possède pas est privé de tout. Détournez-vous de tout ce qui est sur terre et ne cherchez personne que moi. Je suis le Soleil de la sagesse et l’Océan de la connaissance. Je réconforte les affaiblis et je ressuscite les morts. Je suis le Phare qui éclaire la voie. Je suis le Faucon royal sur le poing du Tout-Puissant. Je déplie les ailes tombantes de chaque oiseau blessé et le remets en vol. »

Bahá’u’lláh, Épître à Maqṣúd

« Ô Dieu, rafraîchis et réjouis mon esprit. Purifie mon cœur. Éclaire mes facultés. »

Bahá’u’lláh, dans une priere

4. Nous avons procédé sans crainte à un inventaire moral approfondi de nous-mêmes.

« Le premier Ornement
et la première effulgence apparus à l’horizon du Livre mère est que l’homme devrait se connaître lui-même et reconnaître ce qui mène à la grandeur ou à la bassesse, à la gloire ou à l’avilissement, à la richesse ou à la pauvreté. »

Bahá'u'lláh, Tablettes après le Kitáb-i-‘Aqdas, 4 :7

« Se libérer des chimères et des vaines imitations, considérer la glorieuse œuvre divine sous l'angle de l'unicité et examiner toutes choses d'un œil pénétrant, voilà pour l'homme l'essence de tout ce que nous avons révélé, c'est-à-dire la justice. »

Bahá’u’lláh, Paroles de sagesse

« Ô émigrants !

J'ai créé la langue pour mentionner mon nom, ne la souillez pas de calomnies. Si le feu de l'égoïsme vous embrase songez à vos propres fautes et non à celles de mes créatures car chacun de vous se connaît mieux qu'il ne connaît les autres. »

Bahá’u’lláh, les Paroles cachées, 2 :66

« Ne crains personne, place toute ta confiance en Dieu, le Tout-Puissant, l’Omniscient. »

Bahá’u’lláh, Épître à Vafá

« Dans ce livre, et par son commandement, Dieu déclare permis ce qu'il lui plaît de décréter et, par le pouvoir de sa puissance souveraine, il interdit tout ce qu'il choisit d'interdire. Le texte de ce livre en témoigne. N'en témoignerez-vous pas vous-mêmes ? Mais les hommes ont sciemment violé sa loi. Faut-il imputer cette conduite à Dieu ou à eux-mêmes ? Soyez équitables en votre jugement. »

Florilège d'écrits de Bahá'u'lláh

5. Nous avons avoué à Dieu, à nous-mêmes et à un autre être humain la nature exacte de nos torts.

« Ô Dieu, mon Dieu ! je t’implore par le sang de tes amants sincères qui, enivrés par ta douce parole, se hâtent vers le pinacle de gloire, lieu du martyre très glorieux, et je te supplie, par les mystères enchâssés dans ta connaissance et les perles précieusement gardées dans l’océan de ta générosité, de m’accorder ton pardon, ainsi qu’à mon père et à ma mère. De ceux qui font preuve de miséricorde, tu es en vérité le plus miséricordieux. Il n’est pas d’autre Dieu que toi, Celui qui toujours pardonne, le Très-Généreux. »

Bahá'u'lláh, Tablettes après le Kitáb-i-‘Aqdas, 3 :13

« Ô Seigneur ! tu me vois, quintessence du péché, me tourner vers l’océan de tes faveurs ; tu me vois, faible, rechercher le royaume de ta puissance divine et pauvre, me tourner vers le soleil de ta richesse. Ô Seigneur, par ta miséricorde et par ta grâce, ne me déçois pas, ne m’exclus pas des révélations de ta générosité en tes jours, ne me ferme pas la porte que tu as ouverte toute grande à ceux qui vivent dans tes cieux et sur ta terre. »

Bahá’u’lláh, Les bonnes nouvelles

« Hélas ! hélas ! mes fautes m’ont empêché d’approcher la cour de ta sainteté et mes offenses sont la cause de mon errance loin du tabernacle de ta majesté. J’ai commis ce que tu m’avais interdit de commettre et j’ai ignoré ce que tu m’avais ordonné d’observer. »

Bahá’u’lláh, Les bonnes nouvelles

« Concernant votre question au sujet de la cinquième étape du programme en douze points des ..., il nous a été demandé de partager avec vous l'extrait suivant d'une lettre écrite au nom de la Maison Universelle de Justice et adressée à un croyant :
...il n'y a aucune objection à ce qu'un bahaï soit membre de l'association des AA, car cette association est d'un grand soutien pour les personnes alcooliques qui veulent sortir de leur déplorable condition. Le partage de sa propre expérience avec d'autres membres n'entre pas en contradiction avec l'interdiction bahaïe de toute confession des péchés; cette méthode s'apparente davantage à la relation à caractère thérapeutique entre un patient et un psychiatre. »
(Lettres du 26 août1986 et du 5 novembre 1987)


6. Nous étions tout à fait prêts à ce que Dieu éliminât tous ces défauts de caractère.

« Ô mon Seigneur, je ne suis qu’une pauvre créature et je me suis agrippé au pan de ta richesse.


Je suis gravement malade et j’ai saisi fermement la corde de ta guérison. Par ton pardon et ta générosité, délivre-moi des maux qui m’entourent, lave-moi dans les eaux de ta grâce et de ta miséricorde, revêts-moi du manteau de la santé.
Fixe ensuite mon regard sur toi et libère-moi de tout attachement à tout autre que toi. Aide-moi à respecter ta volonté et à accomplir ce qui t’agrée. »

Bahá'u'lláh, dans une prière

7. Nous Lui avons humblement demandé de faire disparaître nos déficiences.

« O Seigneur ! Tu es celui qui dissipe chaque angoisse et qui chasse chaque affliction. Tu es celui qui bannit chaque souci et qui libère chaque esclave, le rédempteur de chaque âme. »

Le Báb, Selection des ecrits du Báb, 149

8. Nous avons dressé une liste de toutes les personnes que nous avions lésées et nous avons consenti à leur faire amende honorable.

« La parole de Dieu est une lampe dont la lumière brille en ces mots : Vous êtes les fruits d’un même arbre et les feuilles d’une même branche. Dans vos rapports les uns avec les autres, faites preuve d’un amour et d’une harmonie extrêmes, ainsi que d’amitié et de fraternité. Celui qui est l’Astre de vérité m’en porte témoignage ! La lumière de l’unité est si puissante qu’elle peut illuminer la terre entière. Le seul vrai Dieu, celui qui connaît toutes choses, témoigne lui-même de la vérité de ces paroles. »

Bahá'u'lláh, Epître au fils du Loup, paragraphe 19

« Efforcez-vous d’atteindre cette condition sublime et transcendante qui peut assurer la protection et la sécurité de toute l’humanité. Ce but surpasse tout autre but et cette aspiration est la reine de toutes les aspirations. »

Bahá’u’lláh, Épître au fils du Loup

9. Nous avons réparé nos torts directement envers ces personnes dans la mesure du possible, sauf lorsque, ce faisant, nous risquions de leur nuire ou de nuire à d’autres.

« Sois généreux dans la prospérité, et dans l'adversité ne cesse de rendre grâces. Mérite la confiance de ton voisin, et ne lui montre jamais qu'un visage amical et souriant. Sois le trésor du pauvre, admoneste le riche, réponds à la plainte du nécessiteux et garde la sainteté de tes promesses. Sois équitable en ton jugement et réservé dans tes paroles. Ne sois injuste envers personne, et montre à tous une douceur parfaite. Sois une lampe pour ceux qui marchent dans les ténèbres, une consolation pour les affligés, une mer pour ceux qui ont soif, un refuge pour ceux qui sont dans la détresse, un soutien et un défenseur des victimes de l'oppression. Que la droiture et l'intégrité marquent tous tes actes. »

Bahá'u'lláh, dans la Tablette du juste

10. Nous avons poursuivi notre inventaire personnel et promptement admis nos torts dès que nous nous en sommes aperçus.

« Ô fils de l'existence !

Fais ton examen de conscience chaque jour avant d'être appelé à comparaître en jugement. Car la mort fondra sur toi sans prévenir et tu devras rendre compte de tes actes. »

Bahá'u'lláh, Les paroles cachees, 1.31

11. Nous avons cherché par la prière et la méditation à améliorer notre contact conscient avec Dieu, tel que nous Le concevions, Lui demandant seulement de connaître Sa volonté à notre égard et de nous donner la force de l’exécuter.

« Ô mon serviteur, entonne les versets que Dieu t'a envoyés, comme le font ceux qu'il a attirés auprès de lui, et que la douceur de ta mélodie embrase ton âme et gagne le coeur de tous ! »

Bahá'u'lláh, dans le Ismu’lláhi'l-Akhir

« Ô Dieu, rafraîchis et réjouis mon esprit. Purifie mon cœur. Éclaire mes facultés. Je remets toutes mes affaires entre tes mains. Tu es mon guide et mon refuge. »

‘Abdu’l-Bahá, dans une prière

12. Ayant connu un réveil spirituel comme résultat de ces étapes, nous avons alors essayé de transmettre ce message à d’autres alcooliques et de mettre en pratique ces principes dans tous les domaines de notre vie.

« Déliez vos langues pour proclamer sans cesse sa cause. Cela vaudra mieux pour vous que tous les trésors tant passés que futurs, si vous êtes de ceux qui comprennent cette vérité. »

Bahá'u'lláh, dans le Lawh-i-Salman