©2019 by La Nation française du Canada. Proudly created with Wix.com

Reconnaissant que certains (et surtout ceux qui auraient subis de la violence dans leur enfance, une relation abusive dans le passé ou une autre expérience traumatisante) se sentiront plus confortables se rencontrer en ligne sur un site sécuritaire avant de se rencontrer face à face, la NAFRAC recommande que le Gouvernement du Canada établisse trois sites d’amitié et de fréquentation en ligne : un en anglais, un en français et un en espéranto. Chaque site permettrait au détenteur d’un passeport linguistique de la même langue de s’y enregistrer pour la durée de la validité du passeport qu’il pourrait renouveler à chaque cinq ans avec son passeport.


Les sites anglais et français pourraient inclure des sections pour les groupes d’âges de cinq à huit ans. Tous les trois sites pourraient inclure des sections pour les groupes d’âges de huit à onze ans, de onze à quinze ans et de quinze ans et plus. La section des quinze ans et plus pourraient inclure :

1.      un lien vers un site éducatif contre les dépendances

2.      des liens vers des sites éducatifs concernant les lois du mariage et d’autres lois pertinentes de toutes les grandes religions pour aider les internautes à mieux comprendre à quoi s’attendre dans des relations interconfessionnelles et

3.      une sous-section de fréquentations (non sexuelles).


La sous-section de fréquentations pourrait inclure des liens éducatifs reliés aux contrats de mariage.


Pour dissuader les gens d’utiliser ces sites pour se rencontrer à des fins sexuelles, le Gouvernement du Canada pourrait créer des site de rencontres séparés (un en anglais et un en français) sur des sections desquels des individus pourraient afficher des annonces de rencontres (sexuelles, sur lesquelles le gouvernement pourrait tolérer la prostitution libre et volontaire) et des entreprises qui vendent des produits et des services qui peuvent créer une dépendance (comme les billets de loterie, le tabac, l’alcool et la pornographie) pourraient s’afficher. Cependant, le Gouvernement pourrait interdire à toute personne qui aurait choisi de s’auto-exclure de s’enregistrer sur ces sites et aux sites de rendre leur contenu invisible aux non enregistrés.